Le Haut Représentant du chef de l’Etat guinéen et ancien candidat à la présidence, M. Sidya Touré, a rendu le tablier ce mardi 11 décembre 2018.

Dans sa lettre de demission dont AlloAfricaNews détient copie, le leader de l’UFR évoque l’échec de la gouvernance du président Alpha Condé.

«…près de trois ans après ma nomination au poste de Haut de Représentant, force est de constater que je ne suis pas parvenu à infléchir vos orientations qu’il s’agisse de la gestion économique permettant de créer les conditions d’une prospérité au bénéfice de tous nos concitoyens ou de la mise en place d’un dialogue politique à même de créer un climat de paix dans notre pays», a t-il souligné.

Après l’ancien ministre de l’Unité Nationale et de la Citoyenneté Gassama Diaby, en novembre dernier, Sidya Touré est la deuxième personnalité gouvernementale du pays à abandonner le navire « en naufrage » du président Alpha Condé.

Sa démission intervient dans un contexte socio-politique tendu, marqué par la grève des enseignants et la grogne continue de l’opposition qui dénonce le blocage du processus démocratique et la dérive dictatoriale du chef de l’Etat guinéen auquel les observateurs prêtent les intentions de modifier la constitution pour s’éterniser au pouvoir.

Qualifiant de « juridiquement et politiquement inacceptable », Sidya Touré s’était élevé, en octobre dernier, contre un décret présidentiel confirmant la destitution, par ses collègues « frondeurs », de l’ancien président de la Cour Constitutionnelle Kèlèfa Sall. Un magistrat de ligne dure connu pour son opposition à un troisième mandat pour Alpha Condé à Sèkhoutouréya.

Technocrate et un ancien Premier ministre du général Lansana Conté, M. Touré dirige depuis plusieurs années l’une des plus grandes formations politiques du pay: l’Union des Forces Républicaines (UFR). Il a terminé en troisième position lors des deux dernières élections présidentielles du pays en 2010 et 2015.

Sa décision de s’écarter des rouages du président Alpha Condé, qui ne pourra pas se représenter en 2020 à cause de la constitution qui lui accorde seulement deux mandats non renouvelables, est un signe que M. Touré serait à nouveau un candidat potentiel en 2020. Ben Bangoura

 

AlloAfricaNews