L’actualité guinéenne est aujourd’hui dominée par ce fameux projet d’une nouvelle constitution qui interpelle plus d’un guinéen. Sur ce, nous avons rencontré un ancien militant du RPG arc-en-ciel et président d’un parti politique dénommé la force des intègres pour la démocratie et de la liberté (FIDEL).

Au cours de cet entretien, Mohamed Lamine Kaba nous a dévoilé sa position face à ce projet. Tout de même il demande aux guinéens de se mobiliser pour empêcher cette nouvelle constitution.

Actuellement des citoyens gravitent autour du professeur Alpha Condé en faisant la campagne d’une nouvelle constitution. Quelle est la position de FIDEL par rapport a ce projet?

Je crois que c’est une déception. Une déception par ce que le bénéficiaire de cette forfaiture quon appel la promotion d’une nouvelle constitution est bien le professeur Alpha Condé. Lorsqu’on sait que ce dernier a été un opposant historique. Moi même j’ai été un responsable de ce parti. J’ai été son directeur de campagne du Sénégal, Gambie, Mauritanie, camp vert. Je connais bien les valeurs qu’on a défendu. Je sais quelle est la lutte que nous avons menées, je sais quelle est la pratique que nous avons combattus. Malheureusement toutes ces pratiques refont surface aujourd’hui et c’est domage que cela se fait sous la présidence d’Alpha Condé qui symbolise la lutte démocratique dans ce pays. Parler d’un troisième mandat avec le professeur Alpha Condé c’est de renier toutes les valeurs républicaines pour lesquelles il se battu. C’est dommage et regrettable. C’est une honte pour ce pays mais aussi c’est une humiliation pour ce principal parti à l’époque qui s’est opposé contre le référendum de Lansana Conté en 2001. Et aujourd’hui il s’est inscrit dans cette lancé pour refaire la même chose c’est dommage.

Pensez-vous que ce projet va aboutir?

Pour que tel projet aboutisse il faut trois conditions. La première, il faut que l’économie soit réelle, que la jeunesse ait accès à l’emploi. Peut-être une partie de cette jeunesse pourrait s’inscrire de cette dynamique tout simplement parce qu’elle a été bénéficiaire d’un emploi sous la présidence d’un homme qui peut faire mieux dans l’avenir. Mais ce n’est pas le cas, depuis l’arrivée du professeur au pouvoir il n’y a que de fermeture d’emploi.
Deuxième condition, si l’engagement que les militants du RPG arc-en-ciel avaient pour ce parti, cette détermination y est toujours, je pense qu’on pouvait prétendre.
Et la troisième condition c’est si la communauté internationale soutenait cette idée on pouvait aussi prétendre mais elle ne soutien pas ce projet. Donc une idée de troisième mandat ne marchera pas. Je peur qu’il y est crime d’hommes, de crime de sang. Et Tout crime lié à ça c’est la CPI qui va intervenir surtout que le président Alpha Condé a décrété lui même « l’affrontement » à coup sûr. Même si je ne suis pas aujourd’hui de RPG arc-en-ciel mais je ne souhaite pas la CPI pour Alpha Condé. Sinon ça sera une honte pour moi qui a beaucoup lutté pour qu’il accède au pouvoir. Franchement, je ne veux pas lui voir sortir de la petite porte. Je ne veux pas que le président Alpha Condé soit un sujet de la CPI.

Pour éviter tout cela quel est le message que vous pouvez adresser aux promoteurs de ce troisième mandat et aux guinéens en un mot?

Je vais dire à mes frères, mes camarades d’hier ou camarades de tous les jours , je m’adresse aux militants du RPG arc-en-ciel de renoncer à toute tentative d’un troisième mandat ça sera de la honte. Cela va conduire le professeur vers la petite porte. Et si cela se fait, ça sera une honte pour mes parents qui se sont battus longtemps pour Alpha Condé, une grande honte pour moi même qui me suis battu pour cet homme et une déception pour tous les guinéens qui ont porté leur confiance sur ce président. Et cela décrédibilise aussi toute action politique parce que même ceux qui n’ont pas voté pour Alpha Condé en 2010 avaient de l’espoir avec lui. Toute la Guinée avait confiance en lui. Mais ce qu’il est en train de faire ou prétend faire aujourd’hui n’honore aucun guinéen.
Si les camarades du RPG arc-en-ciel ne comprennent pas, je vais dire aux guinéens patriotes de se mobiliser pour empêcher ce troisième mandat. L’article 27 dit que nulle ne peut briguer plus de deux mandats consécutifs. C’est la constitution qui le dit. On a aussi le code pénal qui, à son article 552, dit clairement: changer la constitution est considéré comme une atteinte grave aux intérêts fondamentaux de la nation et est puni de la réclusion criminelle à perpétuité.

Cet entretien a été réalisé par Mamadou Saidou Diallo, correspondant d’AlloAfricaNews à Conakry