Le Syndicat libre des enseignants et chercheurs appelle au maintien du mot d’ordre de grève dans les établissements publics.

Ils réclament le payement d’un salaire de base d’au moins 8 millions de francs Guinéens soit environ 500 mille francs CFA.

Selon Aboubakar Soumah, le secrétaire général du syndicat libre des enseignants et chercheurs, cette réclamation est contenue dans un protocole d’accord signé avec le gouvernement le 13 mars dernier.

Le gouvernement pour sanctionner les grévistes a décidé de geler les salaires des mois d’octobre et novembre.

Une décision qui a suscité la colère des travailleurs du secteur de l’enseignement.
Boubakar Soumah estime que le gel des salaires a pour but de décourager les membres de leur corporation et de saboter leur mouvement.

Selon lui 90 pour cent de ses collègues du public sont restés chez eux .

Des analystes pensent que cette grève aura des conséquences sur le bon déroulement des examens du premier semestre en Guinée. Agence

 

AlloAfricaNews

LEAVE A REPLY

Votre commentaire :
Votre nom :