L’Egypte et l’Ethiopie sont convenues d’adopter une vision conjointe sur la construction par l’Ethiopie du barrage de la Renaissance (GERD), a déclaré dimanche le porte-parole du président égyptien, Bassam Rady.

Cette vision, établie par le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed Ali, est basée sur le respect des droits de développement et des intérêts de chacun, a annoncé M. Rady dans un communiqué.

Le Premier ministre éthiopien est arrivé samedi au Caire pour une visite de deux jours, qui est sa première depuis son entrée en fonction en avril.

Les deux dirigeants ont également affirmé leur volonté de renforcer les relations bilatérales et la coopération dans tous les domaines, dont en particulier ceux de la politique et de l’économie, selon M. Rady.

L’Ethiopie construit un grand barrage sur le Nil qui suscite les inquiétudes de l’Egypte, en tant que pays d’aval, sur son partage annuel de l’eau du fleuve.

La construction du GERD, qui sera le plus grand barrage d’Afrique au moment de l’achèvement des travaux avec un volume total de 74 milliards de mètres cubes, est un problème majeur entre les deux pays depuis son commencement en avril 2011, avec un coût des travaux estimé à 4,7 milliards de dollars.

L’Ethiopie et le Soudan ayant atteint un consensus mutuel sur la construction du barrage, l’Egypte a fréquemment exprimé son inquiétude sur le fait que le barrage affecte son partage annuel de 55,5 milliards de mètres cubes de l’eau du fleuve au cours de la construction rapide du GERD. Xinhua

 

AlloAfricaNews