Les forces de l’ordre ont dispersé, jeudi à Conakry, à coups de gaz lacrymogènes un rassemblement d’opposants qui voulaient marcher pour dénoncer la violation de l’accord politique du 12 août 2018, rapporte APA.

«Chaque fois que nous avons envie de manifester on voit la police, la gendarmerie, l’armée et même des armes de guerre. On est dans un pays comme si on était dans la jungle. Dans ce pays toutes les manifestations sont interdites. C’est une honte pour notre pays», a déploré le vice-président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), Fodé Oussou Fofana.

Cette marche de l’opposition devait commencer à l’esplanade du stade du 28 septembre et finir devant le Palais du peuple, où les adversaires du régime Condé avaient prévu de tenir des discours. APA

 

AlloAfricaNews