Une ONG congolaise a dénoncé aujourd’hui l’arrestation d’Armand Lokeka Okito, un opposant accusé d’avoir publié de « faux résultats » de la présidentielle du 30 décembre en République démocratique du Congo, où tout un pays attend toujours l’annonce officielle du vainqueur.

Selon la Fondation Bill Clinton pour la paix (FBCP), Armand Lokeka Okito, avocat et candidat à la députation nationale pour le compte de la plate-forme d’opposition Ensemble, a été arrêté lundi à son domicile par « 18 policiers bien armés » et conduit dans les locaux des services spéciaux de la police de Kinshasa.

« Il est effectivement chez nous, l’instruction suit son cours normal », a confirmé à l’AFP le porte-parole de la police, le colonel Pierrot-Rombaut Mwanamputu. « Ils l’ont pris avant-hier vers 21h50, il n’avait qu’une culotte sur lui. Le motif de son interpellation ne nous a pas été communiqué », a précisé l’un de ses proches à l’AFP.

Selon la FBCP, Armand Lokeka est accusé « d’avoir publié des faux résultats en faveur du candidat (d’opposition) Martin Fayalu de la coalition Lamuka ». Dans un communiqué, l’organisation de défense des droits de l’Homme « condamne la procédure illégale de son arrestation et demande sa libération dans l’immédiat au cas contraire, le traduire devant son juge naturel ».

Les résultats provisoires des scrutins présidentiel, législatifs et provinciaux du 30 décembre sont attendus à tout moment. Seule commission électorale nationale indépendante (Céni) est habilitée à les rendre public. AFP

 

AlloAfricaNews