Emmanuel Macron a décidé de restituer « sans tarder » 26 oeuvres réclamées par le Bénin et entend réunir les partenaires européens et africains pour construire « une politique d’échanges », a annoncé vendredi l’Elysée, après la remise d’un rapport sur la restitution par la France d’oeuvres d’art africain.

Ce rapport de deux universitaires, Bénédicte Savoy du Collège de France, et Felwine Sarr, de l’Université de Saint-Louis au Sénégal, était très attendu et a suscité des avis partagés. Il suggére notamment un changement radical de la loi française sur le patrimoine pour redonner à l’Afrique une partie de son patrimoine.

L’Elysée n’évoque pas dans son communiqué cet aspect législatif du rapport. Le président Macron fait deux annonces principales: la première est la restitution « sans tarder » au Bénin de 26 oeuvres qu’il réclamait. Il s’agit principalement des statues royales d’Abomey, actuellement propriété du musée du Quai Branly. Des prises de guerre du général français Dodds dans le palais de Béhanzin en 1892.

Ce geste, à forte valeur symbolique, fait droit à la revendication d’un pays qui a énergiquement défendu le dossier des restitutions, et qui se préoccupe de mener une véritable politique muséale et culturelle.

La deuxième annonce d’Emmanuel Macron vise à impliquer dans ce vaste enjeu les autres ex-puissances coloniales européennes, en proposant de « réunir à Paris au premier trimestre 2019 l’ensemble des partenaires africains et européens » pour définir le cadre d’une « politique d’échanges » d’oeuvres d’art. AFP

 

AlloAfricaNews